Qui est-il ?

Moustique Tigre

Il fait parler de lui depuis déjà plusieurs années. Son nom véritable (latin) est le Aedes albopictus. Il est originaire des régions tropicales et subtropicales de l’ Asie du Sud-Est, raison pour laquelle les Américains le nomment Asian tiger mosquito. On l’appelle aussi par ailleurs moustique des forêts.

Au cours des 20 dernières années le moustique tigre s’est répandu dans de très nombreux pays par le biais du transport international de marchandises et, parfois, par le vecteur des voyageurs. Espèce particulièrement invasive, elle s’est répandue dans plus d’une centaine de pays à travers les 5 continents.

Il est appelé moustique tigre  pour son aspect rayé. Camouflage utile qui lui permet de passer inaperçu quand il chasse à l’aube et au crépuscule le plus souvent. Il ne dédaigne néanmoins pas chercher ses proies durant la journée parfois. Particulièrement friandes de sang humain nécessaire au développement de leurs oeufs, les femelles (et elles seules) peuvent chercher leurs hôtes tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des habitations. Elles sont cependant évidemment plus actives à l’extérieur. En fonction de la taille du moustique il peut pomper jusqu’à deux microlitres par piqûre, sachant qu’à l’inverse de nombre de ses congénères, il est capable de piquer un humain plusieurs fois à la suite.
Si les piqures ne sont pas forcément douloureuses, elles restent par contre plus visibles que celles d’autres races de moustiques. Le mâle quant à lui se contente de nectar et de sucs de plantes

Le moustique tigre est un vecteur important de transmission de plusieurs virus pathogènes comme celui de la fièvre jaune, la dengue, le chikungunya et le virus zika. L’Aedes albopictus est également porteur de plusieurs vers non segmentés ou nématodes comme le Dirofilaria immitis, à l’origine de la dirofilariose cardio-pulmonaire chez les animaux chiens et chats. Les différents types d’espèces hôtes diverses attaquées par le moustique tigre font de lui un pont, vecteur potentiel pour certains agents pathogènes qui peuvent sauter les frontières des espèces, comme par exemple le virus du Nil occidental, maladie neurologique qui peut être mortelle pour l’homme.

Comment reconnaitre le moustique tigre ?

Assez petit, il mesure entre 2 et 10 mm de long et présente un motif noir et blanc très visible. La différence de taille dépend de la densité de la population larvaire et de l’approvisionnement alimentaire présent au sein de l’eau dans laquelle elles ont éclos. On estime que la taille moyenne des moustiques adultes reste bien inférieure à 10 mm.

Moustique Tigre Photo 14Les femelles (celles qui piquent) présentent une dimension supérieure de 20% à celle des mâles. La différence entre les deux sexes se retrouve aussi, comme chez toutes les races de moustiques, dans le nombre supérieur de récepteurs auditifs présents au sein des antennes chez les mâles. Elles leur permettent un détection optimale des émissions sonores des femelles.

la caractéristique principale qui permet de reconnaitre le moustique tigre est la ligne blanc/argentée  qui commence entre les yeux et continue vers le bas et la face dorsale du thorax.
La trompe est de couleur foncée, la surface supérieure du segment d’extrémité des palpes est recouverte d’écailles argentées.
Les yeux à facettes sont nettement séparés les uns des autres. Le scutum , la partie dorsale du segment thoracique d’un insecte, est noir le long de la ligne médiane blanche caractéristique. Du côté du thorax, le scutellum (partie supérieure du thorax), et l’abdomen il y a de nombreux endroits couverts d’écailles blanches argentées. Ces dérnières peuvent aussi être trouvées sur le tarse, en particulier sur les pattes postérieures qui sont couramment mises en suspension dans l’air.

Le terga (partie dorsale de la tête) est sombres offre un marquage quasi triangulaire qui n’est pas alignés avec les bandes argentées présentes sur la face ventrale de l’abdomen blanc/argenté. Le marquage triangulaire et la bande argentée sont alignés sur le segment abdominal.
Les ailes transparentes ont des taches blanches sur la base.

A noter qu’avec l’âge ces caractéristiques s’estompent, rendant plus difficile la distinction avec les autres moustiques.

Le moustique tigre femelle, à l’instar des autres races de moustiques, est équipée d’un rostre allongé qu’elle utilise pour recueillir le sang afin de nourrir ses oeufs. La morsure est rapide ce qui lui permet d’échapper d’échapper à l’écrasement de la part de sa victime la plupart du temps.

La femelle pond ses œufs près de l’eau et non pas directement dedans comme le font d’autres races. Elle choisit généralement de les déposer à proximité d’eau stagnante. Il suffit de très peu d’eau pour que les larves se développent. Mais il leur est aussi possible de pondre près d’une eau courante, le plus généralement proche de fleurs. La distance entre les moustiques femelles et leur zone de ponte est de moins de 200 mètres

Il est possible de le confondre avec d’autres espèces similaires.

En Europe, le moustique Culiseta annulata , qui est très commun, peut être confondu avec un moustique tigre à cause de ses pattes annelés en noir et blanc. Cependant, la ligne blanche distinctive qui va du milieu de sa tête et sur le thorax est absente chez cette espèce. Il est également beaucoup plus grand que l’Aedes albopictus, et n’est pas noir et blanc, mais plutôt beige et gris rayé. Il a aussi des ailes avec des veines visibles et des taches indistinctes sombres.
En Méditerranée orientale, le moustique tigre peut être confondu avec l’Aedes cretinus , qui appartient au même sous-genre Stegomyia et utilise des modes et zones de reproduction similaires. L’Aedes cretinus a aussi une bande blanche sur le scutum , mais elle se termine peu avant l’abdomen et il dispose en plus de deux bandes supplémentaires à gauche et à droite de celle du milieu. Jusqu’à présent cette espèce est seulement cantonnée à Chypre, en Grèce, Macédoine, Géorgie et en Turquie.

En Asie et en Amérique du nord, le moustique tigre peut être confondu avec d’autres espèces de moustiques au physique qui se rapproche du sien, mais ces races sont absentes de nos contrées.

Il fait aussi concurrence aux espèces établies

Classé parmi les 100 espèces les plus invasives il est capable de supprimer, supplanter et parfois d’éradiquer d’autres espèces dont les zones de reproductions sont similaires.
Il a ainsi été observé à Calcutta dans les années 60 qu’il avait réussi à survivre alors que ses cousins vecteurs du paludisme, les anophèles, et ceux poreturs de la fièvre jaune, les Aedes aegypti, avaient eux été détruits par l’épandage de DDT.
Dans cette occasion, l’habitude de chasser également durant les périodes diurnes et de ne pas reposer dans les murs et l’intérieur des bâtiments aurait avantagé les moustiques tigres par rapport aux deux autres.

 Les scientifiques émettent l’hypothèse que leur forte concurrence dans les eaux d’élevage larvaire, les différences dans le métabolisme et la biologie de la reproduction peuvent être des explications de leur suprématie. C’est ainsi qu’on a pu observer que la migration des moustiques tigre à supprimé le guamensis aedes, espèce endémique de Guam, une petite ile de l’archipel des Mariannes rattachée aux États-Unis et située dans l’Océan Pacifique.

Il semble qu’en Europe, le moustique tigre couvre apparemment une nouvelle niche. Cela signifie qu’il n’y a pas d’ espèces indigènes, établies de longue date qui soient en conflit avec leur dispersion.

Contrôle et éradication du moustique tigre

L’aedes albopictus est très difficile à supprimer ou à contrôler en raison de sa remarquable capacité d’adaptation à divers environnements, son contact étroit avec les humains, et de sa biologie de la reproduction. Raison pour laquelle il est essentiel de mettre en place un contrôle et une surveillance structurée et efficace qui va permettre de prévenir au maximum la propagation de l’espèce. Cela passe par une inspection des ports, entrepôts, des végétaux et plantes importés, mais aussi de certains emplacements spécifiques stratégiques comme les stocks de pneus, les aérogares et gares, les aires d’autoroutes, etc.

Il faut intervenir en détruisant en priorité les endroits où les moustiques tigres pondent leurs oeufs, endroits généralement proches des lieux où les gens sont piqués, puisque leur rayons de vol ne dépasse pas les 180 à 200 mètres. Localiser les flaques d’eau stagnante, gouttières bouchées, pots de fleurs, litières, évacuations plus ou moins bouchées, et tous récipients pouvant contenir de l’eau croupie. Les vider et les remplir de gravier fin ou de sable permet d’empêcher les moustiques d’y pondre. En règle générale il faut absolument vider de leur eau stagnante (ou de pluie, qui risque de stagner à plus ou moins longues échéance) tous les contenants.

Il est aussi possible d’utiliser des insecticides de façon périodiques, notamment autour des bassins et piscines qui ne peuvent être vidés. Il existe des produits spéciaux disponibles chez les spécialistes, fournisseurs agricoles, jardineries et piscinistes.

Comme nous l’avons vu plus haut, la proximité d’eau courante peut être un endroit de ponte, mais c’est rarement un problème, les vairons et autres petits poissons mangent les larves de moustiques, tout comme les libellules qui détruiront également les moustiques adultes.

Il existe des pièges à ponte utilisés pour la surveillance ou la destruction des moustiques. Ils se présentent sous la forme de containers d’eau contant des blocs de mousse de polystyrène ou des morceaux de bois flottant à la surface. Les femelles moustiques viennent y pondre leur oeufs, ce qui permet de vérifier leur présence et leur abondance. Il existe une variante de ces pièges avec une version comprenant des films adhésifs. Pour une efficacité probante il est préférable de les utiliser en grande quantité et en conjonction avec d’autres méthodes de suivi.

Ovitrap Piege A Oeufs De Moustique Tigre

L’ovitrap est un piège qui permet de récupérer des oeufs de moustique-tigre (entre autres)
Ce type de piège sert aussi à la surveilance du moustique de la fièvre jaune (Aedes aegypti)

S’il existe des pièges relativement efficaces contre les moustiques, il n’en est pas qui ciblent spécifiquement le moustique tigre. Le piège à oeufs de moustique décrit ci-dessus, couramment utilisé, appelé ovitrap, peut être complété par l’introduction de produits chimiques toxiques pour ces insectes mais inoffensif pour l’homme.

Cela peut permettre une certain contrôle des moustiques, mais un nouveau type de piège a été récemment élaboré qui permet d’attraper un nombre important d’aedes albopictus:
Il s’agit d’un appareil muni d’un ventilateur qui émet des acides gras, acides lactiques et de l’ammoniaque et du dioxyde de carbone, correspondants à l’odeur du corps humain. Les moustiques sont ainsi attirés en quantité dans le piège et ne peuvent plus en sortir. Ainsi à Césène, ville italienne située en Émilie-Romagne, près de la mer Adriatique, une étude menée sur ces pièges à démontré leur efficacité en réduisant très fortement la population de moustiques tigre aux endroits où ils étaient installés.

 

 

Les derniers articles sur le moustique tigre

Anti-moustiques tigre : les pièges

Anti-moustiques tigre : les pièges

Depuis quelques années, le moustique tigre prolifère en France. Sa présence n'est pas plus gênante que les autres moustiques classiques, mais le moustique tigre est vecteur de maladies telles que le Chikungunya ou encore la Dengue. Depuis 2004, le moustique tigre...

lire plus
Virus du Nil Occidental

Virus du Nil Occidental

Généralités sur le virus du Nil Occidental Le virus du Nil occidental (ou VNO) est le virus le plus répandu par les piqûres de moustiques. En Amérique du Nord, des cas de virus du Nil occidental (VNO) surviennent pendant la saison des moustiques, qui commence en été...

lire plus

Vous souhaitez rester informé?

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toute l'actualité du moustique tigre, les nouveaux departements touchés et les solutions pour lutter contre les moustiques.

 

Félicitations, votre inscription est validée.